Vivre dans l’Allemagne d’Hitler

Une lettre de Hans Schmidt

Vous avez demandé à quelqu’un qui a vécu dans l’Allemagne hitlérienne, de vous dire comment c’était. Vous m’avez rencontré, moi qui ai vécu sous le drapeau de la Swastika, depuis 1935, quand le Tsar était vraiment ennuyé avec l’Allemagne, jusqu’en 1945, pour faire court.

Être un garçon ou une fille à cette époque était merveilleux. Dans les Jeunesses hitlériennes, les différences entre les personnes de confession chrétiennes ou de différents États allemands ne comptaient pas. Nous sentions tous vraiment que nous étions les membres d’un seul corps, d’un seul peuple, d’une seule nation.

Des auberges de jeunesse étaient ouvertes dans tout le Reich, nous permettant de découvrir, d’une belle ville à l’autre, la terre de nos pères. Tout était fait pour renforcer nos esprits et nos corps.

Contrairement à ce qui est dit aujourd’hui, nous étions encouragés à devenir libres d’esprit et de ne pas succomber à la pression des pairs ou d’une autorité. En temps de paix, aucun entraînement militaire n’était autorisé par la direction des Jeunesses hitlériennes. Profiter de la vie, oui. Accessoirement moucharder sur nos parents avec l’accord de nos amis.

Au moment même, où les Soviétiques, alliés des Américains, ont détruit la plupart des églises chrétiennes en Russie et en Ukraine, environ 2.500 nouvelles églises étaient construites en Allemagne. Pas une seule église catholique ne fut fermée. La loi voulait que l’école et l’église aient la priorité du service dans les Jeunesses hitlériennes.

Jusqu’à l’automne 1944, les baraquements des Waffen SS de Braslau, avaient fourni 2 bus pour que les jeunes puissent se rendre à l’église catholique ou protestante la plus proche, tous les dimanches. Faire partie d’une église chrétienne n’empêchait pas l’avancement dans le Parti National Socialiste.

La retranscription est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.