Comment est-elle devenue si grosse?

Source :
NAZI GASSINGS NEVER HAPPENED

Ada BIMKO-Rosensaft, mieux que Helen Schwartz !(La vie était bonne dans les camps !!!)

« Superstar » holocaustique, racketteuse, parjure et fondatrice matriarche de l’USHMM (Musée mémorial de l’holocauste des États-Unis – Washington DC).

Bien que Ada-Hadassah Bimko-Rosensaft ne soit plus parmi nous, son fils dévoué Menachem Z. Rosensaft (né en 1947 à Bergen-Belsen), poursuit son glorieux travail. Rosensaft continue l’entreprise familiale de la haine et du mensonge à but lucratif et l’influence à grande échelle.

Si l’affirmation de Menachem selon laquelle sa mère avait effectivement habillé des détenues malades et les avait envoyés hors de l’infirmerie est vraie, elle a contribué puissamment à la propagation de maladies, en général du typhus, à l’intérieur des camps. Pour les personnes infectées par le typhus, il y a des périodes quotidiennes de plusieurs heures sans fièvre ou frissons quand les signes vitaux semblent tout à fait normaux au simple observateur. Si l’on utilise de telles périodes pour dissimuler la présence sous-jacente du typhus, on assure la propagation de la maladie et la mort d’innombrables autres victimes.

Lorsque les Nationaux-Socialistes ont mis des monstres tels que Ada Bimko dans des camps de concentration, ce ne fut certainement pas une bonne idée. Que les SS aient utilisé des gens comme Bimko pour s’occuper des malades montre à quel point ils étaient désespérés dans les derniers mois de la guerre. D’après cette image d’avril 1945, il est évident que Hadassah n’a jamais perdu son appétit pour le chocolat. Elle et son mari « Yossi » avaient également un énorme appétit pour le marché noir et les richesses fabuleuses qu’il leur a apporté – même avant la « libération. »

La libération par les Britanniques a rendu tout plus facile. Au lieu d’évacuer Bimko vers l’Ouest avec des centaines de milliers d’autres juifs d’Auschwitz, les SS auraient dû la laisser à Auschwitz pour être violée à tour de rôle par les Russes. Voir aussi l’essai de Mark Weber de 1995.

L’article complet est disponible ici.