Horst Mahler choisit l’exil plutôt que de retourner en prison

Source :
Henry Hafenmayer

Par Horst Mahler

Je dois expliquer pourquoi je refuse de me conformer à la convocation de M. Nötzel, procureur de Munich, qui me renvoie en prison sous son autorité. J’ai déposé plainte contre M. Nötzel dans le même bureau du ministère public où il est employé, pour avoir tenté de me tuer en prison. S’attendant à mon décès, la police avait déjà interdit les manifestations pour la ville de Brandebourg, où se trouve la prison.

Le 29 juillet 2015, après cinq ans et demi de prison, je me suis effondré physiquement dans ma cellule, après avoir reçu de la vaseline de salicylate – un médicament contre-indiqué – comme traitement pour ma blessure ouverte sur le talon de mon pied gauche diabétique. À la suite de ce traitement, j’ai subi une intoxication sanguine. Suite aux symptômes, je fus envoyé à la clinique Asklepios de Brandenburg, où j’ai reçu des soins médicaux dans l’unité de soins intensifs. Les médecins ont diagnostiqué, je cite : « Une maladie mortelle ». Malgré ça, l’accusé procureur général, qui était chargé de mon cas, imposa mon renvoi à l’unité isolée pour les prisonniers de la clinique de Brandebourg. À la suite de cette recommandation, mon état s’est détérioré rapidement, de sorte que ma jambe gauche, qui a été affectée par l’érysipèle (infection bactérienne de la peau), a dû être amputée jusqu’au genou.

Ma vie n’a été sauvée que grâce aux efforts vigoureux de ma femme pour obtenir mon renvoi à l’unité de soins intensifs de la clinique Asklepios. Grâce à la médiation de Gerard Menuhin, elle a réussi à faire en sorte que l’hebdomadaire suisse Weltwoche s’intéresse à mon cas. Dans un long article, ils ont attiré l’attention internationale sur ce scandale. J’ai expliqué tout cela dans ma lettre au procureur général Munich II, en date du 9 février 2017. Complétée avec d’autres détails scandaleux, j’ai exprimé mes soupçons de tentative d’homicide. Compte tenu des motivations fondamentales, la tentative de meurtre doit être prise en considération !

Le bureau du parquet public, qui est simultanément le lieu du crime, n’a pas réagi à mes accusations portées contre l’accusé. Au lieu de cela, ils ont révoqué ma libération conditionnelle et m’ont rappelé en prison pour le 19 avril 2017 au plus tard, sans obtenir une opinion médicale et savoir si j’étais ou non apte à purger ma peine d’emprisonnement.

Tant que les officiers judiciaires en charge n’auront pas été tenus responsables, et tant qu’ils sont impliqués dans mon affaire, je refuse de me soumettre à leur assignation ! Comme cette utilisation de la force contre moi représente essentiellement une persécution politique qui n’a pas de base juridique, je vais demander l’asile politique dans un État souverain qui est prêt à m’accueillir.

Horst Mahler refuse de retourner en prison

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Horst Mahler refuse to go back to jail

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Horst Mahler se niega a volver a la cárcel

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Хорст Малер отказывается вернуться в тюрьму

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Le testament politique de Julius Streicher

Adolf Hitler et Julius Streicher, 1925.

Par stupidité, méchanceté et lâcheté, certains contemporains ont cru qu’ils pouvaient et même devaient, dégrader et mal interpréter, autant le contenu que la forme de mon travail de 25 ans d´illumination en paroles et texte. La plupart de ces critiques n’ont pas forgé leur opinion selon leur propre connaissance, mais plutôt par le truchement balbutiant servile de l’opinion d’un autre. Ces notes portant sur ce qui fut la période la plus difficile à vivre pour le peuple allemand sont consacrées à la réflexion pour ces contemporains et juges douteux et à tous ceux qui souhaitent les connaitre. »

Mondorf au Luxembourg, Maison des détenus,
Été 1945.
Julius Streicher

Son testament politique est disponible en français ici et en allemand .

Ewige Wache, un monument dédié aux 16 membres du NSDAP morts durant le Putsch:

Felix Alfarth, Andreas Bauriedl, Theodor Casella, William Ehrlich, Martin Faust, Anton Hechenberger, Oskar Körner, Karl Kuhn, Karl Laforce, Kurt Neubauer, Klaus von Pape, Theodor von der Pfordten, Johann Rickmers, Max Erwin von Scheubner-Richter, Lorenz Ritter von Stransky, Wilhelm Wolf.

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Horst Mahler – Dernier discours avant sa remise en prison prévue le 19 avril 2017

Source :
Henry Hafenmayer

Par Horst Mahler

Il se pourrait que ce soit la dernière occasion qui me soit donnée de m’adresser à mes compatriotes allemands. Je suis censé continuer à purger ma peine d’emprisonnement le 19 avril 2017 pour encore 3 ans et demi. J’ai 81 ans et il y a trois autres accusations en attente, et c’est toujours la même chose : l’incitation [à la haine] – cette fois, au détriment des juifs.

C’est donc une occasion pour eux de me soustraire de la sphère publique m’ôtant toute chance de revenir à la politique. J’aimerais profiter de cette occasion pour délivrer quelques informations sur cette situation particulière, et celle qui nous attend.

La raison pour laquelle ils ont décidé de me remettre en prison est due à une conférence que j’ai donnée à Ludwigshafen le 9 janvier 2017, ce qui a à l’évidence ébranlé et mis en colère l’ennemi. Ici, ils jouent à un jeu qui n’est pas encore parvenu du tout à l’attention du public.

[Initialement,] j’ai été condamné à 10 ans et 2 mois de prison. Ayant effectué les deux tiers de ma condamnation, conformément à la loi allemande, j’ai maintenant le droit de sortir de prison en liberté conditionnelle. Cette décision a été accueillie en ma faveur par le juge responsable du tribunal régional de Potsdam. Dans une déclaration écrite, il a donné les raisons de sa décision disant que la poursuite de mon emprisonnement constituerait une violation des droits de l’homme. Et il a également souligné que : 1 – Il était inquiet quant à la condamnation légale du soi-disant déni de l’holocauste, et 2 – Que ma peine de 10 ans et 2 mois de prison était complètement insolite. Il a comparé [cette sentence] avec les peines pour les violeurs et les meurtriers, qui ont eux des sentences beaucoup plus légères. En d’autres termes, il s’est montré plutôt franc et audacieux, mais sa décision en ma faveur a déjà été révoquée par les autorités supérieures. En conséquence, je dois maintenant purger le reste de ma peine en détention.

(…)

Le livre de Horst Mahler Das Ende der Wanderschaft est disponible en allemand ici.

La retranscription est disponible ici.
Transcript is available here.
la transcripción está disponible aqui.
Das Transkript ist hier verfügbar.
Транскрипт можно посмотреть здесь.

Horst Mahler – Urgent Notification, April 6, 2017

Nous sommes Luther
We are Luther
Todos somos Lutero
Wir sind Luther

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Horst Mahler – Last speech prior to his renewed imprisonment on 19.04.2017

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Horst Mahler – Último discurso antes de ser enviado de vuelta a prision el 19.04.2017

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Хорст Малер – последнее видео перед его отправкой в тюрьму 19.04.2017

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Nous nous battons pour gagner

Source :
Henry Hafenmayer

« Les Juifs et leurs Mensonges » – Martin Luther, janvier 1543.

Par Horst Mahler

(…) Nous n’avons pas encore véritablement compris l’ampleur de notre défaite dans ces deux guerres jamais vues dans l’histoire. Notre défaite c’est que notre réflexion distincte, la pensée allemande, nous a été extraite. Notre pensée allemande a été détruite. Elle est discriminée. Nous parlons de la philosophie allemande mais ne la pratiquons plus. Nous, Allemands, ne sommes pas capables, de saisir réellement ce qui nous est arrivé mais notre ennemi l’est sûrement. On parle beaucoup de juifs, et les juifs sont en fait l’ennemi, et j’ai longtemps exhorté à appeler l’ennemi par son nom. Mais si le juif est seulement appelé juif, alors il n’a pas encore été appelé par son nom. Car quel est son nom ? Ce que je veux dire par le nom, c’est savoir quelle est l’essence du judaïsme, et quelle est l’essence de l’esprit allemand. Deux opposants depuis des milliers d’années d’histoire, maintenant scellés dans une bataille mortelle et décisive. Cet ennemi auquel nous sommes confrontés a fait beaucoup d’efforts pour s’assurer que nous ne remarquions pas ce que l’avenir nous réserve réellement ; quel destin est le nôtre. Hegel, l’un des plus grands philosophes allemands, sinon le plus grand de tous, a déclaré dans ses premiers écrits sur les juifs : « Les juifs ne se battent pas mais ils conquièrent et les Égyptiens succombent, comme empoisonnés dans leur sommeil. » C’est la manière juive de mener la guerre. Au moyen d’un empoisonnement que nous ne percevons pas comme tel. (…)

(…) C’est l’Année de Martin Luther, qui est diabolisé comme antisémite et cela a une grande importance. Pratiquement personne ne sait que Luther était un défenseur des juifs. En son temps, il y eut une campagne de l’Ordre dominicain pour interdire et brûler cette pourriture satanique, le Talmud. Mais Luther se leva et défendit les juifs afin qu’ils gardent le Talmud. Et il a réussi. Heinrich Grätz a écrit dans son ouvrage historique fondamental « The Jewry » (Die Judenheit): « Les juifs n’avaient pas entendu depuis des milliers d’années l’empathie et la sympathie que Luther a exprimé un jour envers les juifs. » C’est alors que Luther publie son ouvrage « Von den Juden und Ihren Lügen » (Les juifs et leurs mensonges). Et ici, il faut savoir comment Luther est arrivé à ce développement. Il a simplement pris des cours d’hébreu, appris l’hébreu, puis lu le Talmud. Et alors, comme si des écailles tombaient de ses yeux, il a dit : « C’est le diable. » Et c’est pourquoi il a combattu les juifs. C’est complètement justifié. Et ce qu’il propose est terrible, brûler les synagogues, et ceci et cela. Mais rien de bien méchant, un jeu d’enfant par rapport à ce que Moïse exige concernant les non-juifs. Là, un massacre sanglant est exigé. Avec Luther, vous pouvez essayer, mais en vain, de trouver un appel au meurtre. Ou toute attaque physique. Il dit seulement : « Nous ne les voulons pas parmi nous, nous devons les chasser, nous devons brûler leurs synagogues. » Évidemment ! Les maisons du diable devraient être brûlées. Ils n’ont pas leur place ici. (…)

(…) Il y a maintenant trois d’entre nous, qui ont fait le premier pas avec 2 dépliants et une grande campagne de publipostage. Il y en aura davantage, et ce sera un réseau. Pas de parti, pas de club, qu’ils puissent interdire, mais seulement un réseau au sein d’Internet avec un site Internet, de là, nous envoyons un contenu très spécifique, et mettons en place une liste d’emails afin que de plus en plus de gens se familiarisent avec ce matériel. Seuls quelques-uns le liront. Les gens sont ainsi. Mais certains le liront et en parleront, puis il y en aura d’autres qui se pencheront sur le sujet. Cela doit devenir un scandale pour que tout le monde en parle. Et voici un point très important: Si vous dites à un individu : « Regardez, vous soutenez les juifs. Ce sont des voleurs, ils commettent un génocide, comment pouvez-vous vivre avec ça? » Il se dérobera. Mais s’il sait que son voisin sait aussi qu’il sait, alors il devra d’une façon ou d’une autre se justifier. Il ne sera plus le vénérable et respectable professeur, mais simplement un lâche bâtard qui livre le peuple allemand à la boucherie parce qu’il est trop insensé, ou parce qu’il ne veut pas mettre en danger son déplorable salaire de traître. Semblable à un agresseur d’enfant, il commet les pires crimes. Car celui qui sait et qui reste silencieux est un criminel. Maintenant, vous devez vous lever. C’est une obligation d’exposer cette planification de meurtre et de la signaler. Quiconque ne le fera pas sera puni comme complice. Nous devons en mettre au peuple tellement plein les oreilles, que personne ne puisse se mettre de côté et dire : « Je ne savais pas. » Non, il le savait. Et s’il le savait et n’a pas agi, alors il est un sujet moralement inférieur. (…)

(…) Il est important que tous ceux qui ressentent cet appel se contraignent à se relier à ce réseau et transmettent les dépliants aux personnes de ces centres d’activités spécifiques, comme je l’ai dit. C’est une idée que nous avions déjà au début du millénaire. Nous avons dit : « Un million de brochures attendent l’attaque. » C’est l’idée du réseau. Tout le monde est appelé mais peut partir à tout moment. Vous faites partie du réseau en distribuant des dépliants et en les payant comme contribution au développement du projet, puis en faisant vos rapports à ce sujet. C’est cette forme de résistance que nous devons atteindre. Et tout le monde peut participer. Et l’excuse qui consiste à dire que nous n’avons actuellement pas la majorité, que nous n’avons pas de succès comme un parti parmi les « Allemands bâillonnés », tout cela ne compte pas. (…)

(…) Nous avons deux dépliants ici, l’un est « Wir sind Luther » (Nous sommes Luther) et quelques-uns de l’autre « Ein Wort zur Erlösung der Judenheit und zur Rettung der Europäischen Völker » (Un mot pour le salut des juifs et le sauvetage des peuples européens). Celui-ci n’a pas encore été distribué. Mais nous l’avons. Nous allons profiter de l’Année Luther pour faire connaître ces choses et commencer dans les endroits qui ont une signification particulière en fonction du calendrier. Eisenach, Wittenberg, et ainsi de suite. Et rappelez-vous, un écoulement constant érode la pierre. Nous aurons à peine un écho au début et puis cela viendra progressivement, plus nous envoyons ce matériel à des centres d’activités spécifiques, plus nous pouvons être assurés que cela arrivera. Cela va se répandre comme un feu de forêt. Quand un certain point sera atteint, alors nous serons débarrassés de cette écume. C’est certain. (…)

La retranscription est disponible ici.
Transcript is available here.
Das Transkript ist hier verfügbar.
Транскрипт можно посмотреть здесь.

Nous sommes Luther
We are Luther
Todos somos Lutero
Wir sind Luther

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Horst Mahler – We are fighting to win

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Хорст Малер – Мы боремся, чтобы победить

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

 

Holohoax, les avocats jetés en prison !

Source :
Jailing the Lawyers

Une manifestation de 300 personnes a eu lieu le 26 mars 2011 à Brandenburg, près de Berlin, pour appeler à la libération de l’avocat Horst Mahler, qui purge une peine de 12 ans d’emprisonnement pour avoir exprimer des opinions critiques et son scepticisme envers l’holocauste, ce qui est considéré comme un « crime ».

Les manifestants internationaux ont également appelé à l’abrogation de l’article 130 en Allemagne – une loi qui empêche les accusés (et même leurs avocats) de présenter des preuves médico-légales (ou d’autres preuves scientifiques) pour leur défense. Ainsi, les avocats allemands sont emprisonnés (et dans dix autres pays européens peuvent être poursuivis et fortement condamnés) s’ils cherchent à trop bien défendre leurs clients !

Si l’accusé dit à la cour : « Je n’ai pas menti. J’ai les preuves pour démontrer que j’ai raison. Et je vais vous montrer les preuves. » La cour dit : « Non, ne nous montrez pas les preuves. Ce que vous venez de faire est une deuxième négation de l’Holocauste et vous serez puni une seconde fois pour cela. Et votre avocat, qui vous aide à amener les preuves à la cour, sera également puni. Il est illégal de prouver la vérité, de prouver que vous avez dit la vérité. C’est illégal. »

Et le juge qui présidait le procès de Zündel, Ulrich Meinerzhagen, était un témoin dans le procès contre Sylvia Stolz. Et elle lui a posé la question : « Mr Meinerzhagen, saviez-vous, en tant que juge dans l’affaire Zündel, que cet homme veut se défendre lui-même avec sa thèse : qu’il n’a pas menti, mais disait la vérité et qu’il peut le prouver ? » Alors Meinerzhagen a répondu en tant que témoin : « Oh, c’est la chose la plus naturelle au monde, pour un accusé de se comporter de la sorte, mais alors il est du devoir de l’avocat de dire à son client que c’est illicite. »

Voilà, ceci est la formule de la justice de la Shoah. »

Horst Mahler

Amputé le 14 juillet 2015 d’une partie de sa jambe gauche, Horst Mahler a obtenu une « suspension de son emprisonnement » le 17 juillet 2015 mais le parquet de Munich réclame son retour en prison.

La retranscription est disponible ici.

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Allemagne année zéro

Berlin au lendemain de la guerre.

Une famille se débat avec les difficultés de la vie : le père malade est soigné par sa fille, le fils aîné, un ancien SS récemment démobilisé, n’ose pas se présenter aux autorités d’occupation et vit, caché, sans carte d’alimentation. Le fils cadet, Edmund, âgé de douze ans, essaie de faire vivre sa famille à l’aide de petits trafics que lui vaut sa vie errante, dans Berlin détruit par les bombardements. Les voisins voient d’un mauvais œil ces gens besogneux et sans ressources.

Un film de 1948 réalisé par Roberto Rossellini.

La restauration numérique d’Allemagne, année zéro est basée sur des images originales et des négatifs de la bande-son ainsi qu’une ancienne copie conservée à la Cinémathèque Nationale. Le travail de restauration a été effectué par la Cinémathèque de Bologne et la Cinémathèque Nationale au laboratoire Immagine Ritrovata en 2013.

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Joseph Goebbels – Discours du 10 février 1933 au Palais des Sports de Berlin

Camarades nationaux,

Je voudrais faire quelques brèves remarques avant que ne commence la réunion.

Je commencerai par me pencher sur une série d’attaques venant de la presse berlinoise qui n’accepte pas volontiers que je m’exprime sur la radio allemande puisque mon activité est trop insignifiante, trop mesquine et trop mensongère pour que le monde entier doive en être informé.

Par vos yeux et vos oreilles, vous êtes ce soir témoins d’un évènement de masse d’une ampleur encore jamais vue en Allemagne et probablement dans le monde. Je ne pense pas qu’il soit exagéré d’affirmer que ce soir, au moins 20 millions de personnes en Allemagne et par delà ses frontières écouteront le discours du chancelier Adolf Hitler. Dans Berlin seule, en plus de cette manifestation de masse au Palais des Sports dix grands haut-parleurs ont été installés sur des places de la ville. A cette heure, de véritables murs d’hommes se rassemblent devant eux et une foule de cinq à six-cents mille personnes se tient déjà assemblée pour écouter ce discours. »

La retranscription est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Des vétérans allemands au musée Panzer de Munster

Deutsches Panzermuseum

Nous avons dû nous battre contre les Américains aussi quand ils ont débarqué, en France, en Italie et en Afrique, etc. À la fin, les Russes nous surpassaient parfois en nombre à 12 contre 1. Et malgré cela, nous avons continué à les garder à distance des frontières du Reich. Pour défendre notre peuple. »

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Joseph Goebbels – Dernier discours

Camarades allemands Au moment de la guerre, quand – semble-t-il – toutes les forces de haine et de destruction ont été rassemblées une fois de plus, peut-être pour la dernière fois, dans l’Ouest, dans l’Est, le Sud-Est et le Sud, cherchant à percer notre front et donner le coup de grâce au Reich, je prends à nouveau la parole à la veille du 20 avril, tout comme je l’ai fait chaque année depuis 1933.

Je me suis adressé au peuple allemand dans les bons comme dans les mauvais moments dans le passé. Mais jamais auparavant la situation n’a été aussi difficile. Jamais auparavant le peuple allemand n’a eu à défendre sa propre vie face à un danger aussi énorme. Jamais auparavant le Reich n’a eu à puiser dans ses dernières forces pour se défendre. Des moments tels que celui-ci sont rares dans l’Histoire. Ils sont uniques et sans précédent pour la génération combattante qui doit y survivre. Des évènements historiques de nature et d’ampleur similaires, s’estompent dans nos souvenirs sous le poids de la peine que nous portons, sous le chagrin qui nous accable, face aux questions sur notre propre avenir qui nous torturent et celui de nos braves gens cruellement éprouvés. Je ne pense pas être arrogant, quand je me fais l’orateur de cet instant et dans ces circonstances. »

La retranscription est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

L’holocauste, une arme politique contre les Allemands

Source :
German Victims – Deutsche Opfer

Le Mémorial de l’Holocauste à Berlin

Par Horst Mahler

Pour commencer, j’aimerais faire quelques commentaires liminaires parce que nous, Allemands, avons été formés de telle sorte que nous n’examinons plus certaines pensées. Les émotions sont alors toujours utilisées pour repousser ces pensées qui se disputent notre attention. Nous n’évaluons pas les pensées pour savoir si elles sont correctes ou inexactes, vraies ou fausses, mais si elles suffisent à certaines catégories morales, et si elles sont politiquement correctes.

Depuis des décennies, peut-être même plus d’un siècle, un tabou a été implanté en nous, en conséquence, nous avons perdu toute objectivité sur certains sujets. Ce sont les thèmes juifs, vus des deux côtés, qu’ils soient pro-juifs ou anti-juifs. La question sur la communauté juive et les juifs est refoulée en nous par, appelons cela, la police de la pensée. Nous ne sommes pas autorisés à réfléchir logiquement à cette question.

Toutefois, ce qui va suivre ici, portera sur les juifs, sur la façon dont ils sont reliés à nous, les Allemands et comment nous, Allemands sommes reliés aux juifs, et ce qui va suivre est si terrible pour l’Allemand typique, qu’il a tendance à se lever et à partir en criant. Il est aussi question de l’holocauste.

L’holocauste, en tant qu’arme politique de l’ennemi des Allemands, l’arme de la communauté juive. Et le simple fait d’en parler à haute voix, provoque des réactions intenses. Mais il est important d’y voir clair, afin que nous puissions enfin passer au travers et que nous puissions reconsidérer les pensées qui nous viennent selon leur valeur particulière, pour voir si elles sont correctes ou incorrectes, vraies ou fausses.

Je déclare dès le départ, que cette « religion » de l’holocauste est construite sur le mensonge le plus monstrueux de l’histoire de l’humanité. La façon dont l’holocauste est utilisé pour nous accuser du meurtre du peuple juif, est une invention ! »

La retranscription est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Le plan Hooton et la crise des migrants

Source :
Ursula Haverbeck

Chers compagnons proches et lointains, chers amis, tout d’abord, je veux vous remercier pour l’immense soutien suite à l’entrevue de Panorama. C’est une chose à laquelle je ne m’attendais absolument pas.

Aujourd’hui, nous avons un nouveau sujet de discussion, il s’agit de la vague d’étrangers qui déferle sur l’Europe. On peut dire qu’il est rare qu’un siècle porte un nom. D’habitude, nous nous contentons de lui donner un nombre, par exemple, nous appelons le précédent, le XXe siècle, même si le chiffre en question commence par un 19.

Ce XXe siècle, étonnamment, porte deux noms. Un historien juif russe qui enseigne aux États-Unis, l’appelle « le siècle juif ». Et puis, dans son « encyclopédie », il ajoute que c’est aussi « le siècle de l’antisémitisme ». Yuri Slezkine, a décrit l’histoire des juifs dans le monde dans ce livre de plus de mille pages, à moitié mythique mais très réel, en particulier quand il écrit à propos du siècle juif en Allemagne. Cette information est disponible en Allemagne depuis 2006.

Je constate toujours que la littérature juive est rarement lue par les Allemands, ce qui est stupide. Quand on examine si Yuri Slezkine a eu raison de nommer ce siècle, le siècle des juifs, on s’aperçoit que ce siècle a commencé avec la commémoration du centenaire du Congrès de 1889. Commémoration de la Révolution française qui a eu lieu en 1789. Nous savons à propos de ce Congrès, grâce aux protocoles et notamment grâce à une publication dans un magazine anglais, intitulé « Truth » [Vérité] qui fut publié en 1890. Lors de cette conférence, ils ont préparé les plans pour le siècle à venir. »

La retranscription est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

L’hymne national allemand

Source :
ingeb

Das Deutschlandlied (Le Chant de l’Allemagne) ou Das Lied der Deutschen (Le Chant des Allemands) est un chant dont le troisième couplet est l’actuel hymne national de l’Allemagne. Les paroles en ont été composées par l’écrivain August Heinrich Hoffmann von Fallersleben en 1841 sur l’île de Heligoland, sur la partition d’un quatuor à cordes de Joseph Haydn datant de 1797.

Les mots « Deutschland, Deutschland über alles, über alles in der Welt. » doivent dans ce contexte être compris comme un appel aux souverains allemands à mettre de côté leurs querelles et à concentrer leurs efforts sur la réunification de l’Allemagne. En allemand standard, « über alles » signifie « par-dessus tout » dans le sens de priorité et non de primauté ou supériorité, ce qui serait « über allem ». De plus, à l’époque de Fallersleben, ce texte avait une connotation politique libérale, car l’aspiration à une Allemagne unie allait souvent de pair avec la réclamation de plus de libertés, comme la liberté d’expression, la liberté de la presse et autres Droits de l’homme.

Ainsi, les frontières de la « patrie allemande » que décrivent le premier couplet ne doivent nullement être considérées comme frontières politiques, mais marquent les limites de la langue et de la civilisation allemandes de l’époque. Cependant la volonté des nationalistes originels de réunir dans un même État tous les citoyens allemands (de culture allemande) fournira un modèle et un objectif aux pangermanistes du siècle suivant, le Großdeutschland.

Après la chute du mur de Berlin en 1989 et la réunification allemande en 1990, seul le troisième couplet, porteur de valeurs démocratiques modernes comme le respect du Droit, de la Liberté, ou la recherche du bonheur, est adopté comme hymne national de toute l’Allemagne. Les deux premiers ne sont pas interdits stricto sensu, mais ils ne sont jamais prononcés lors des évènements officiels. Chanter ou utiliser le premier couplet est généralement perçu comme l’expression de vues politiques très à droite, voire ouvertement néo-nazies. Pour éviter toute confusion préjudiciable, les paroles sont rarement chantées.

Allemagne, Allemagne par-dessus tout (*)
Par-dessus tout au monde (*)
Quand, constamment, pour la protection et la défense
Fraternellement elle est unie
De la Meuse jusqu’au Niémen
De l’Adige jusqu’au Détroit,
Allemagne, Allemagne par-dessus tout
Par-dessus tout au monde.

Femmes allemandes, fidélité allemande,
Vin allemand et chant allemand,
Retrouvera, dans le monde entier,
Leur vieille gloire respectée,
Pour nous inspirer à de nobles actions
Tout au long de notre vie.
Femmes allemandes, fidélité allemande,
Vin allemand et chanson allemande.

Unité, droit et liberté
Pour la patrie allemande.
Cela, recherchons-le
En frères, du cœur et de la main.
Unité et droit et liberté
Sont les fondations du bonheur.
Fleuris, dans l’éclat de ce bonheur,
Fleuris, patrie allemande !  » (bis)

(*) Le sentiment des deux premières lignes est:

« Considéré par-dessus tout au monde », (Ce que la plupart des citoyens expriment envers leur patrie) et non pas « Maîtres du monde ».

Au moment où il a été écrit, c’était un appel à l’unification des nombreux États indépendants pour une Allemagne unifiée. Le verset 4 fut de courte durée et fut écrit par un autre auteur et est rarement vu.

Aujourd’hui seul le troisième verset est considéré comme l’hymne national. Le premier verset est banni et il y a des mouvements qui considèrent que même le second verset est offensant et qui souhaitent interdire toute la chanson.

Un rare commentaire personnel :

Pensez aux paroles des hymnes de n’importe quel autre pays. Les hymnes que je comprends, comme je ne parle pas beaucoup de langues, j’en connais peu, parlent de conflits. Les Français veulent fertiliser les fermes avec le sang de leurs ennemis, la Grande Bretagne veut gouverner les océans du monde, les États-Unis veulent se battre des côtes de Tripoli au Mexique. Les pays plus modestes parlent de défense.

L’hymne allemand dit :
Oubliez les petites querelles régionales, unissez-vous pour le bien commun et ne faites rien qui puisse faire honte à votre nom ou à votre produit et donc votre pays. Travaillez avec fierté pour gagner et garder l’admiration du monde.

Quel cinglé peut penser qu’il y a un problème avec ces paroles et ce sentiment qu’elles expriment ? Je n’arrive pas à comprendre, mais il y a bien des cinglés pour penser cela. Qu’on puisse prendre leurs critiques au sérieux me fait honte.

Maintenant que « Nous vaincrons » et « Kumbaya o Lord » ont remplacé quelques-unes des vieilles chansons de soldats allemands de la Wehrmacht, oups, désolé, de la Bundeswehr, peut-être une de ces deux chansons sera considérée peut-être pour un nouvel hymne national allemand plus gentil et plus doux.

Au fait, saviez-vous que la loi allemande interdit toutes les chansons contenant les mots : honneur, héros et gloire ? Le droit dit : (Est punissable) tout texte suggérant un qu’un soldat pourrait devenir un héros ou atteindre l’honneur et la gloire.

Croyez-le ou pas, mais un simple lien vers www.ingeb.org a coûté bien des ennuis et plusieurs milliers de dollars en amendes à plus d’un innocent allemand.

J’ai lu que les groupes de défense des droits de l’homme sont sérieusement bouleversés parce que la Chine emprisonne les citoyens pour « protestation politique pacifique » sur Internet. Mince, en Allemagne, vous n’avez même pas besoin de protester, un simple clic vers ma page de chanson heureuse et vous pouvez écoper de 60 jours de prison plus des frais de justice.

Frank 2002


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

« Tempête Infernale », après le film, le livre en français

Source :
Thomas Goodrich

Le livre de Thomas Goodrich « Hellstorm » a été traduit en français par « Val Kyrie », alias didi 18D, il est disponible sur Amazon, et sur la boutique SANS CONCESSION.

Il n’est pas question dans ce livre de chercher à connaître la véracité, l’exactitude des témoignages rapportés ou de disculper les Allemands de leur présumés crimes. Ce livre ne traite pas des crimes attribués aux vaincus par les vainqueurs, ni ne consacre un « temps égal » à la version alliée de la soi-disant « Bonne guerre ». Toute personne à la recherche d’informations traitant du point de vue opposé n’a qu’à se rendre à la bibliothèque locale ou d’allumer sa télévision. Non, ce livre ne porte pas sur ce que les Allemands ont fait au monde, mais il porte sur ce que le monde a fait aux Allemands ; les crimes monstrueux que le monde a commis contre l’Allemagne, pendant et après la guerre, des crimes si horribles et diaboliques qu’il n’y a pas de mots dans la langue française pour les décrire avec précision ; des crimes qui ont été enterrés par les vainqueurs sous une montagne de mensonges et de propagande durant plus de 70 ans. J’ai le sentiment que ce livre est de loin un monument approprié et attendu depuis longtemps, vis-à-vis de ces pauvres âmes misérables, les victimes sans voix de la pire guerre au monde .

Thomas Goodrich

La retranscription est disponible ici.

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Le site officiel :
hellstorm documentary
Un film d’après le livre de l’auteur et historien Thomas Goodrich, raconté par Sinead McCarthy, graphique d’Oscar Turner, scénario de Thomas Goodrich & Kyle Hunt, traduction et sous-titrages didi18D.

Ce documentaire raconte une histoire que les vainqueurs ne veulent toujours pas que l’on connaisse.

Apprenez la terrible vérité sur les viols, les tortures, l’esclavage et les assassinats de masse infligés au peuple allemand par les Alliés vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale.

C’est la plus belle opération de dissimulation de l’histoire du monde.

Montage par Omniphi

Défense interdite pour les révisionnistes

Une conférence de Sylvia Stolz. (2012)

Dans un exposé d’une heure quarante, l’intrépide avocate des révisionnistes allemands (Ernst Zündel, Germar Rudolf…) explique la façon dont la « justice » allemande traite les révisionnistes.

Son exposé vous entraînera dans l’enfer d’un univers où l’injustice règne en maître.

Interdiction de présenter des « preuves », interdiction de poser des questions d’ordre historique, accusé présumé coupable, pressions multiples sur les avocats pour les empêcher de défendre leur client, avocats qui se retrouvent à leur tour au banc des accusés lorsqu’ils ont osé braver les pressions…


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Ursula Haverbeck – Interview Panorama

Cette interview est de Mars 2015.

JournalisteVous avez soulevé de vives émotions lorsque vous avez dit:  »L’Holocauste est le plus grand et le plus persistant mensonge de l’Histoire. » Que voulez-vous dire par là ? 

Ursula HaverbeckEt bien, naturellement j’ai dit cela, un peu dans le style de Mr. Faurisson. Robert Faurisson, qui fût l’un des premiers à s’intéresser à ces supposées chambres à gaz homicide, dans les camps de concentration- et n’en n’a trouvé aucune. Et je le pense comme cela aujourd’hui: il n’y a, je crois, aucun mensonge qui n’ait été exploité de façon plus persistante et transformé, bien sûr pas seulement en Allemagne, mais partout ailleurs dans le monde, que cet Holocauste. Je devrais chercher pendant longtemps avant de trouver quelque chose d’équivalent. 

JournalisteParce que vous pensez que cela n’est pas arrivé ? 

Ursula HaverbeckOui, et bien, si cela n’a pas pu fonctionner avec le Zyclon B, comme cela est décrit, si il n’y avait pas de chambres à gaz homicide, comme beaucoup de gens entre temps l’on dit, alors il faut répondre à la question: Où, dans ce cas, ont été tués les 6 millions? Durant 5 ans j’ai posé cette question systématiquement, avec des amis, et je n’ai reçu aucune réponse, pas une. Puis, j’ai écrit au Ministre de la Justice:  »Voici la situation: Pourrions-nous maintenant s’il vous plaît, avoir un débat public entre les deux parties, les pours et les contres? » Pas de réponse. Alors je lui ai écrit:  » Étant donné que vous ne m’avez pas répondu,  tout ce qui reste c’est d’en tirer les déductions naturelles  et d’en admettre les conclusions. Il n’y a pas eu d’Holocauste. » Et dans ce cas, c’est vraiment le plus grand mensonge de tous les temps. Je veux dire, il y a des experts juridiques qui disent que tout le système  politique d’après guerre s’écroulera si CECI est remis en question. C’est pour cela que c’est défendu avec véhémence, en toute logique. 

La retranscription est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

88 Questions à un National Socialiste Argentin

Video de Ignacio Castillo Castro
Traduction Blackreptile HD

1) Es-tu un Nazi ?

Oui, bien qu’en réalité «Nazi» n’est pas le mot adéquat. Ce qui s’appelle vulgairement « Nazisme » est en réalité la doctrine Nationale-Socialiste.

2) Comment peux-tu être Nazi si tu n’es pas Allemand ?

L’unique condition pour se convertir en un véritable National-socialiste est d’être un individu de race blanche sain de corps et d’esprit. Partout où il y a des Blancs existent des N.S. comme en Allemagne, aux États-Unis, au Brésil, en Espagne, en Australie, en Argentine, etc.

3) Es-tu raciste ?

Oui, mais ceci ne signifie pas exterminer quelqu’un. Le racisme signifie accepter la race comme une valeur, comme une donnée de la nature. Il ne s’agit pas d’être contre quelqu’un, sinon en faveur de ses racines. Je suis fier d’être Blanc, de la même façon que les Noirs le sont d’être noirs et les Asiatiques de ce qu’ils sont.

4) Mais pour toi il faut tuer ceux qui ne sont pas Blancs ?

Je viens de dire que le racisme ne consiste pas à être contre les autres races ; de plus, la race aryenne est minoritaire dans le monde par rapport aux autres. Chaque année, la proportion de non-Blancs pour chaque homme blanc est plus importante. Par exemple, aux USA, en 2023, les Nord Américains d’ascendance européenne seront la première minorité, c’est-à-dire qu’ils ne seront plus majoritaires.

5) Hitler était-il fou ?

Il est assez peu probable qu’un homme dénué de raison ait pu conquérir le pouvoir en Allemagne en ayant commencé avec un groupe de 7 personnes pour convertir son pays en la nation la plus en essor de la Terre, après avoir été plongée dans la misère la plus impressionnante. Non seulement Adolf Hitler ne fut jamais dément mais au contraire un des génies les plus grands de l’Humanité. Avec des connaissances, des inventions et des capacités aussi distinctes que l’art, la stratégie, l’histoire, l’architecture, l’ingénierie, etc.

La retranscription est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Vivre dans l’Allemagne d’Hitler

Une lettre de Hans Schmidt

Vous avez demandé à quelqu’un qui a vécu dans l’Allemagne hitlérienne, de vous dire comment c’était. Vous m’avez rencontré, moi qui ai vécu sous le drapeau de la Swastika, depuis 1935, quand le Tsar était vraiment ennuyé avec l’Allemagne, jusqu’en 1945, pour faire court.

Être un garçon ou une fille à cette époque était merveilleux. Dans les Jeunesses hitlériennes, les différences entre les personnes de confession chrétiennes ou de différents États allemands ne comptaient pas. Nous sentions tous vraiment que nous étions les membres d’un seul corps, d’un seul peuple, d’une seule nation.

Des auberges de jeunesse étaient ouvertes dans tout le Reich, nous permettant de découvrir, d’une belle ville à l’autre, la terre de nos pères. Tout était fait pour renforcer nos esprits et nos corps.

Contrairement à ce qui est dit aujourd’hui, nous étions encouragés à devenir libres d’esprit et de ne pas succomber à la pression des pairs ou d’une autorité. En temps de paix, aucun entraînement militaire n’était autorisé par la direction des Jeunesses hitlériennes. Profiter de la vie, oui. Accessoirement moucharder sur nos parents avec l’accord de nos amis.

Au moment même, où les Soviétiques, alliés des Américains, ont détruit la plupart des églises chrétiennes en Russie et en Ukraine, environ 2.500 nouvelles églises étaient construites en Allemagne. Pas une seule église catholique ne fut fermée. La loi voulait que l’école et l’église aient la priorité du service dans les Jeunesses hitlériennes.

Jusqu’à l’automne 1944, les baraquements des Waffen SS de Braslau, avaient fourni 2 bus pour que les jeunes puissent se rendre à l’église catholique ou protestante la plus proche, tous les dimanches. Faire partie d’une église chrétienne n’empêchait pas l’avancement dans le Parti National Socialiste.

La retranscription est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

À qui profite la loi antiraciste?

Une conférence de Bernhard Schaub. (2009)

En Suisse, nous avons depuis 1994, depuis l’entrée en vigueur de la loi antiraciste, une censure de jure. Je me demande régulièrement comment il est possible qu’un peuple aussi attaché à la liberté et à ses traditions que le peuple suisse soit devenu un peuple de poltrons, de lèche-bottes, de délateurs.

Nous vivons dans un monde virtuel modelé par les médias. Et Schachtschneider dit : « Un pays n’est pas libre lorsque la liberté d’expression y est limitée par des peines sévères. »

Le grand Kant a dit, à propos de la liberté d’expression, qu’il fallait pouvoir parler de tout, vrai ou faux. Je ne sais pas ce qui s’est passé exactement lors de l’holocauste, je n’y étais pas. Mais je n’en discute pas, car c’est interdit. On ne peut pas en débattre, même pas scientifiquement. Nous ne sommes pas dans un pays libre.

Si nous acceptons l’évolution des dernières décennies -la décadence, la destruction de notre culture, de notre morale, de ce qui nous est important, de notre religion- alors nous devons accepter la loi antiraciste sans discussion. Si nous refusons cette évolution, il faut abroger la loi antiraciste. Le plus tôt sera le mieux. Mais comment y parvenir ? Ce qui est réconfortant, c’est que l’ennemi commence à battre en retraite. Les informations dont je vous parle, sans pouvoir être trop explicite, se diffusent rapidement.

Code pénal suisse, article 266 : Les atteintes à l’indépendance de la Confédération sont passibles d’une peine de prison de 1 à 5 ans. Il est interdit de porter atteinte à la Confédération du moins tant que l’esprit de Guillaume Tell subsiste en nous.

Nous recevons maintenant un orateur non prévu au programme. Je l’ai rencontré hier pour la première fois. C’est une surprise pour tous (ou presque tous : ma femme et mes enfants ont déjà fait sa connaissance). Comme plusieurs orateurs se sont désistés, j’ai pensé que nous pourrions lui donner la parole.

Ce qui m’a beaucoup frappé dernièrement, c’est la soudaineté avec laquelle on peut être taxé d’antisémite. Je n’ai pourtant jamais rien dit ou pensé qui soit antisémite. Pourquoi me traite-t-on subitement d’antisémite ? Le mot « antisémite » semble être un terme à la mode. Qu’y a-t-il derrière cette accusation ? Que faisons-nous de faux ? J’aimerais en savoir davantage.

Il y a un certain temps, on m’a recommandé Bernhard Schaub, notre orateur surprise. Il vient de Suisse. Il m’a été recommandé, car il pâtit de la censure. J’ai appris qu’il était également taxé d’antisémite, et qu’il avait plus d’expérience que moi en la matière. Bernhard Schaub est né à Berne en 1954. Pendant 11 ans, il a été professeur d’allemand et d’histoire dans une école Rudolf Steiner. En 1993, après une campagne de diffamation sans pareille, il a été licencié pour avoir écrit qu’il fallait étudier l’holocauste de manière objective et neutre. Par la suite, il a été responsable pédagogique à l’école Club Migros à Frauenfeld ; il a aussi perdu cet emploi.

Bernhard Schaub pense que l’indépendance de la Suisse est menacée par les abus d’une loi. Or, comme je l’ai dit précédemment, les atteintes à l’indépendance de la Suisse sont passibles d’emprisonnement. Bernhard Schaub va nous parler d’une loi dont il a le sentiment -ce sont mes mots- qu’elle a été mise en place pour nuire, non pour protéger. Bernhard Schaub va nous parler de la loi antiraciste et demande : à qui profite-t-elle ?

Nous allons maintenant écouter, simplement écouter ce que Bernhard Schaub a à dire sur le sujet. Je prie Bernhard Schaub de monter sur le podium et de nous parler.

La retranscription est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Philippe Henriot – Discours fin 1943

À la fin de 1943, Philippe Henriot secrétaire d’état à la propagande et à l’information prononce à Lilles un discours public.

Philippe Henriot, End 1943 Speech

At the end of 1943, Philippe Henriot, Propaganda and Information Secretary of State in Lilles, France had a public speech.

Transcript is available:

Philippe Henriot – End 1943 Speech

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.