Ernst Zundel – Entrevue avec Carlos Whitlock Porter

Je suis Ernst Zündel, l’homme derrière la voix de « Voice of Freedom ». Aujourd’hui nous recevons un invité inhabituel et intéressant, son nom est Carlos Porter. Il est d’origine américaine, mais c’est aussi un patriote américain en exil. Il vit en Belgique, en Europe. Il a renoncé à sa citoyenneté américaine car dit-il, il était absolument écœuré par les ingérences des agences gouvernementales américaines dans les affaires des pays étrangers et dans la moralisation, pas dans la moralité, mais dans la moralisation constante des diverses administrations du gouvernement américain sur des problèmes qui ne le concernait pas. Il a donc décidé de quitter son propre pays, et de vivre comme apatride en Europe. Il a également fait le serment de ne pas retourner aux États-Unis tant qu’il n’y aurait pas un changement d’administration mais aussi un changement d’attitude. Voici Carlos Porter.

La retranscription est disponible ici.
Transcript is available ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Ernst Zündel, le grand procès de l’Holocauste 2

7 mai 1995, incendie de la maison d’Ernst Zündel

Le second procès aura lieu en 1988, avec le célèbre Rapport Leuchter: Zündel sera condamné cette année-là mais relaxé en 1992 par la Cour suprême.

Ses adversaires n’eurent de cesse de le persécuter et il finit par purger 7 années de détention dans 6 prisons, dans 3 pays et sur 2 continents; libéré en 2010 il attend en Allemagne depuis 6 ans l’autorisation de retourner vivre auprès de sa femme Ingrid…

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Ernst Zündel – Entrevue avec Jeff Rense

Sources :
allmoderncons
Jeff Rense

Jeff Rense s’entretient avec le criminel de la pensée, ancien prisonnier politique, peintre et écrivain Ernst Zündel.

Ernst Zündel, qui se décrit quelquefois comme un « paysan souabe », est un homme ouvert et jovial qui est béni avec une rare combinaison d’optimisme inlassable et de capacité pratique. Il maintient cet esprit contagieux même dans des conditions très difficiles. C’est un individu exceptionnellement alerte et sensible avec une compréhension profonde de la nature humaine. Il sait persuader, cajoler et encourager les autres à donner le meilleur d’eux-mêmes pour le plus grand bien. Il inspire confiance, loyauté et affection.

Zündel est probablement mieux connu pour son rôle central dans les « Procès de l’holocauste » de 1985 et 1988. Il a été traduit devant les tribunaux à Toronto pour avoir « publier de fausses nouvelles » et plus particulièrement pour la publication d’une brochure intitulée « Did Six Million Really Die ? ».

Les deux longs procès de Zündel – le procès de 1985 a duré deux mois et le procès de 1988 a duré quatre mois – est la chose qui s’est le plus approchée de tous les débats à grande échelle sur la question de l’Holocauste. Pour la première fois, les « survivants de l’holocauste » et les historiens de l’holocauste ont été interrogés de près et de manière critique sous serment sur leurs revendications et leurs points de vue.

Le 5 février 2003, Ernst Zündel a été arrêté dans sa paisible demeure dans la région montagneuse de l’Est du Tennessee. Il fut arrêté sous prétexte qu’il avait violé les règlements d’immigration ou avait manqué une date d’entrevue avec les autorités d’immigration des États-Unis, même s’il était entré légalement aux États-Unis, était marié à une citoyenne américaine, et en pleine conformité avec la loi, avait fait les démarches nécessaires pour obtenir le statut de résident permanent.

Après avoir été détenu pendant deux semaines, il fut déporté au Canada. Pendant deux ans – de la mi-février 2003 au 1er mars 2005 -, il a été détenu en isolement au Centre de détention de Toronto-Ouest, sous prétexte qu’il menaçait la sécurité nationale.

Son arrestation et sa détention ont attiré l’attention des médias. Quelques journaux canadiens, y compris le prestigieux Globe and Mail de Toronto, et plusieurs analystes indépendants, ont reconnu l’injustice de son incarcération en l’absence de tout prétexte.

Le 1er mars 2010, après avoir été emprisonné pendant sept ans et trois semaines pour ses croyances, dans trois prisons, dans trois États, sur deux continents, Ernst Zündel fut libéré du pénitencier de Mannheim.

La retranscription est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Ernst Zündel, le grand procès de l’Holocauste 1

Voici un résumé en images de l’époque de l’extraordinaire grand procès de l’Holocauste de 1985 à Toronto qui dura 7 semaines et qui fut couvert par tous les médias canadiens. On y retrouve Raul Hilberg, Robert Faurisson et de nombreux témoins de la défense et de l’accusation. Si seulement un tel procès pouvait avoir lieu en France ! Imaginez un peu ! Bravo Monsieur Zündel !

Le Pr Faurisson, qui a vécu ce procès de près, vient de la visionner à nouveau et de la diffuser à ses correspondants le 23 avril avec ce commentaire :

Sachez que vous avez là un simple aperçu de la violence qu’il nous a fallu affronter à Toronto pendant de longues années à l’occasion, en particulier, des procès intentés à l’héroïque Ernst Zündel en 1984, 1985, 1988 et plus tard encore. Pour finir la maison d’Ernst Zündel a été totalement ravagée par un incendie criminel.

Et le sort de notre ami a finalement été si terrible que je préfère ne plus l’évoquer.

On comprend que tant de personnes s’abstiennent de rallier les rangs des révisionnistes dans la crainte de susciter la colère de certaines organisations ou ligues juives, au Canada, en France ou en bien d’autres pays, à commencer par Israël où le prestigieux historien Ben Zion Dinur, président-fondateur de Yad Vashem à Jérusalem en 1952, s’est vu contraint de donner sa démission quelques années plus tard parce qu’il préconisait la prudence devant les « témoignages » de l’extermination des juifs.

Bien à vous. »

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Ernst Zündel – Entrevue avec un journaliste israélien

Voici l’enregistrement de l’une des plus percutantes entrevues qu’Ernst Zündel ait accordée à l’un de ses ennemis politiques se comptant parmi les plus acharnés.

Une entrevue étonnante face au ressentiment qu’entretient la communauté juive, depuis près de cent ans, à l’endroit des Allemands.

D’une durée d’environ 120 minutes, la vidéo comporte une introduction d’Ernst Zündel où il explique les raisons de ce tête à tête et présente les divers livres sur lesquels il s’est appuyé (dont la plupart écrits par des juifs) afin de répondre aux nombreuses questions que lui pose son interlocuteur.

La qualité de la vidéo est assez bonne (A9 / V8) si l’on tient compte du fait que l’originale a été faite avec les anciennes caméras sur support vidéo-cassettes abordables à cette époque (1995).

Après avoir regardé cette entrevue fortement représentative des tensions de la communauté juive, notamment israélienne, à l’égard du révisionnisme, jugez par vous-même combien cet entretien mérite une large diffusion.

La retranscription est disponible ici.

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.
 

Ernst Zundel – Entrevue avec Roger Dommergue Polacco de Menasce

Je suis Ernst Zündel, président des Éditions Samisdat de Toronto, (Ontario, Canada). Je suis aussi l’homme derrière la voix de la radio et des programmes télé Liberté. Je suis un activiste politique et un révisionniste de l’holocauste depuis de longues années. Et mes ennemis n’ont pas aimé que je dise la vérité. Donc, ils ont fait les yeux doux aux autorités et ont essayé d’utiliser des voix légales supplémentaires pour me faire bannir de la poste.

Oui, vous avez bien entendu, bannir de la poste. Et ils y sont parvenus. Un politicien déterminé et arriviste a signé un ordre m’interdisant l’accès à la poste au Canada. J’ai fait appel de cette interdiction. Et vous devez savoir ce que cela signifie que vous ne pouvez plus recevoir ou envoyer quoique ce soit par la poste : vous ne pouvez pas recevoir vos factures d’électricité, vos factures de téléphone, vos assurances, vos impôts. C’est une chose incroyablement difficile à vivre si on vous empêche de recevoir votre courrier. C’est vraiment très gênant dans la vie de tous les jours et pour vos affaires. Dans ces conditions et à notre époque, vous ne pouvez virtuellement pas poursuivre vos affaires. Néanmoins, j’ai survécu à une année de bannissement de la poste. Je me suis battu contre l’interdit postal, en utilisant de l’aide judiciaire compétente, et tous les documents que je pouvais utiliser et finalement j’ai triomphé dans le plus long procès de la poste de l’histoire du Canada. J’ai gagné.

Puis vint l’indignation ultime. Le gouvernement du Canada n’a pas communiqué les 16 pages du jugement de ma propre affaire, ils m’ont simplement dit : « Vous pouvez à nouveau utiliser la poste. » Je n’ai jamais pu voir ce jugement et ce fut une lutte de neuf ans en vertu de la loi sur la liberté de l’information et ce n’est que neuf ans après, que j’ai enfin vu le document de 16 pages, mais ils refusaient toujours de m’en donner une copie, j’ai dû envoyer mon avocat au bureau général de la poste avec son ordinateur et elle a dû retaper les 16 pages de la décision du tribunal.

C’est ça la démocratie en 1993 au Canada. Pendant mes problèmes légaux avec la poste, un homme d’un endroit improbable et au parcours improbable, est venu à mon secours, c’était un juif -pas un juif canadien- c’était un juif français. Depuis la France si lointaine, un homme qui se nomme le professeur Roger Dommergue Polacco de Menasce -oui c’est son nom, un long nom- mais communément appelé Pr. Dommergue, est venu à mon secours. Il m’a fait une magnifique cassette audio de 90 minutes et une petite brochure, une déclaration écrite sous serment pour ma défense, que nous avons utilisée à Ottawa. Et enfin, car j’étais traîné devant les tribunaux pendant tant d’années, je n’avais pas le droit de voyager, le gouvernement allemand m’ayant privé de passeport durant six ans, je ne pouvais pas quitter le Canada et, fin des années 80, j’ai pris un avion pour la France, j’ai loué une voiture, je suis allé avec un ami chez ce monsieur, je lui ai serré la main et j’ai remercié ce juif d’être venu à mon secours, moi, l’Allemand. Et à l’occasion de cette visite, nous avons filmé cette entrevue. Et me voici donc en France, avec le Pr. Dommergue.

La retranscription est disponible ici.

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.