Il y a bien eu des survivants de Treblinka

Source :
Jim Rizoli

Cliquez pour agrandir

Les partisans de l’holocauste soutiennent qu’il n’y a eu AUCUN survivant de TREBLINKA, donc, comme le dit Charles Krafft : « S’IL Y A EU NE SERAIT-CE QU’UN SURVIVANT DE TREBLINKA – FIN DE LA PARTIE  !!! »

Charles Krafft dit : Le télégramme de Hoeffle et le rapport de Kohrrer sont les preuves que Irving a trouvées concernant des gazages de masse à Treblinka. Ces documents attestent que plus d’un million de juifs ont été expédiés à Treblinka. Irving n’a pas réellement trouvé les documents, deux autres chercheurs les ont trouvés, et Irving a fait connaître leur trouvaille. J’ai dit à Fritz que le sujet « Auschwitz » était épuisé. Fritz Berg a écrit : « Eric Hunt a réellement fait une excellente vidéo des « SURVIVANTS » de Treblinka, où l’on voit Helen Schwartz dire à quel point elle fût surprise quand de l’eau sortit des pommeaux de douche au lieu de tout autre chose. »

Charles Krafft : Nous avons donc  un survivant de Treblinka sur 1,2 million de personnes enregistrées comme y ayant été expédiées.  Game over !

Carlos Porter : Cette question de « où ils allaient » a été discutée par presque tous les révisionnistes à un moment ou à un autre depuis 20 ou 30 ans. Qu’ils aillent jouer du violon dans l’orchestre du Dr. Stricks, au camp d’extermination Janov, en Russie. Arthur Butz remarque, je pense dans la première édition de son livre « La Mystification du XXe siècle », que c’est très simple. À la fin de la guerre, ils [les juifs] étaient toujours là. Alors, ils ont gonflé les chiffres qui manquaient supposément. Comme la blague sur les éléphants. Il y avait 50 millions d’éléphants ici, il n’y a plus d’éléphants maintenant, cela prouve que quelqu’un a tué 50 millions d’éléphants. Il y a un livre génial intitulé « Numbers from Nowhere » de David Henige. Comment ils ont faussé les statistiques en utilisant exactement cette astuce.

Ce n’est pas tout.

Jim Rizoli : Ici, un documentaire de la BBC sur Treblinka, en anglais, si vous avez le courage de le visionner. Il ne concerne que deux survivants de Treblinka.

C’est un documentaire en anglais sur les histoires de survivant du camp de la mort Treblinka, mis à part ce qui est dit à partir de la 56ème minutes – ce n’est qu’un ramassis de mensonges!

Le problème est qu’ils disent que beaucoup plus ont survécu mais on ne vous en parle pas aujourd’hui.

Cette vidéo est d’une grande contradiction. Au début, elle se concentre sur deux survivants, mais à la fin, l’homme interviewé à 56 minutes du documentaire, dit que 50 à 70 personnes ont survécu ?

Pourquoi de telles contradictions !!!! ???

Je suis sûr qu’il y a des milliers de personnes qui ont survécu, mais elles ne sont pas celles qu’ils ont interviewé, ou elles n’ont en tous les cas jamais été montrées en vidéo à ma connaissance …

Pourquoi cela ?

Souvenez-vous : Au début, ils ont dit qu’il n’y avait pas eu de survivants, par la suite on nous a parlé d’un survivant, maintenant deux et pour finir on apprend maintenant qu’il y en aurait eu  50 à 70. D’accord, qui étaient-ils alors ? Les juifs veulent à tout prix faire passer Treblinka comme ayant été une usine d’abattage quand en fait la réalité est qu’il s’agissait d’un camp de transit et plusieurs milliers de personnes ont réellement survécu. Il ne s’agit rien de plus que de propagande d’horreur à la Disneyland pour les goyim crédules.

La retranscription est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Douter de l’Holocauste – Pourquoi nous y avons cru ?

Pourquoi avons-nous cru dans les chambres à gaz déguisées en douches ?

« Douter de l’Holocauste : Pourquoi nous y avons cru ? » examine les prétendues « douches de gaz » incroyables ainsi que la façon dont les images des prisonniers des camps de concentration directement tués par les attaques aériennes alliées sont cyniquement exploitées pour promouvoir « l’Holocauste ».

Pour ceux qui veulent offrir le documentaire à leurs proches et amis, gravez-le, la pochette DVD slim se trouve ici.

La retranscription est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Auschwitz, une vérité cachée surprenante

Source :
CODOH

Auschwitz, le tristement célèbre camp de guerre en Pologne où l’on dit que les Allemands ont tué au moins un million de juifs dans des « chambres à gaz homicides », en détournant de son utilisation initiale l’insecticide appelé « Zyklon B ». Auschwitz est devenu un mot à la mode pour l’holocauste. On dit qu’il fut l’épicentre de cette mère de tous les génocides. Ici, on dit que les Allemands ont employé leur ingéniosité technique pour assassiner en masse leurs victimes sans défense d’une manière industrielle avec la plus grande efficacité possible. D’abord ils furent fourrés dans des abattoirs chimiques par milliers, puis leurs cadavres étaient rapidement brûlés dans les fours crématoires.

Mais cette histoire résiste-t-elle à l’examen minutieux ? Cette vidéo examine quelques-unes des affirmations courantes faites par les survivants sur ce qui s’est passé à Auschwitz. Certaines des questions posées dans ce contexte sont les suivantes :

  • Est-il possible de remplir des « chambres à gaz » avec des victimes comme il est déclaré ?
  • Les juifs, supervisés seulement par d’autres juifs, ont-ils coopéré à leur propre massacre ?
  • Quelles portes ont été utilisées pour enfermer 2,000 juifs dans une lutte contre la mort ?
  • Quelle fut vraiment l’efficacité du processus de crémation ?
  • Combien de détenus d’Auschwitz ont quitté le camp en vie pour dire au monde ce qu’ils ont vu ?

Cette vidéo donne les réponses à ces questions et à d’autres, soutenues par des documents et des témoignages d’experts. Les résultats sont étonnants, pour ne pas dire : choquant. Les divergences entre les revendications de survivants d’une part, et la réalité technique et physique d’autre part révèlent la surprenante vérité sur Auschwitz, qui n’est pas ce que la plupart des gens pensent qu’elle est.

Regardez cette vidéo, et alors vous porterez un autre regard sur  le monde qui vous entoure !

Note : Cette vidéo a été examinée par deux experts de l’holocauste de premier plan afin de vérifier l’exactitude de son contenu. Il comprend une annexe écrite avec des sources et une discussion écrite des questions omises ou simplement brièvement abordées dans le film.

La retranscription est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

La $hoah par noyade à Auschwitz

Voici une révélation douloureuse.

Aujourd’hui -j’aimerais dire en avant première mais beaucoup ont déjà eu vent de cette triste histoire- vous allez franchir un nouveau pas dans l’immonde, le cruel, avec l’innommable $hoah par noyade.

C’était sans aucun doute une des façons les plus cruelles de tuer les juifs. Elle consistait à faire 2 équipes de water-polo -du prétendu water-polo, vous l’aurez compris- et de jouer au ballon dans une piscine -une prétendue piscine- jusqu’à épuisement et noyade. La scène se déroulant comme à l’accoutumée devant des millions de juifs apeurés se jetant sur les barbelés électrifiés pour ne pas voir le $aint carnage et pour échapper à une mort certaine mais pouvant durer des jours.

Les nazis étaient inventifs et sadiques à l’extrême, le summum de l’horreur étant qu’ils ont même été jusqu’à camoufler ce crime répugnant en mettant un panneau pour indiquer qu’il s’agissait en réalité d’un réservoir d’eau pour brigade de pompiers en forme de piscine. Mais quelle horreur !!!

Attention, les images qui vont suivre peuvent heurter la sensibilité des juifs.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Le canular archéologique de Treblinka

L’histoire officielle de « l’Holocauste » dit que Tréblinka 2 est le plus grand site d’enfouissement de masse dans le monde entier, où les Allemands ont gazé 900.000 juifs dans 13 « chambres à gaz » déguisées en salles de douche.

Ce film réalisé par Eric Hunt et traduit en français par Didi18D, démystifie la frauduleuse « enquête archéologique » sur Tréblinka de la britannique et pro-juive Caroline Sturdy Colls, qui n’a consisté qu’à déterrer des os dans des pseudos « charniers cachés » en creusant près des tombes chrétiennes clairement marquées dans un cimetière chrétien au contour bien visible.

Dans une pièce où se trouvent des douches fonctionnelles du camp avec de vrais pommeaux de douches, un vrai ballon d’eau chaude, de nombreuses fenêtres et aucune porte étanche, un puits à proximité bien visible, aucune trace d’utilisation de Zyklon B, la conclusion de l’archéologue est sans appel, nous sommes en présence d’une monstrueuse chambre à gaz des heures les plus sombres déguisée en douches… D’après l’histoire officielle, les douches ne sont pas censées avoir fonctionné car fausses, et pourtant…

L’enquête se poursuit et aucune fosse d’enfouissement de masse n’est découverte. Sont donc manquants les os et les dents par millions, en revanche, une dent de requin dans un sol où les différentes strates sont encore parfaitement identifiable est déterrée…

« L’enquête archéologique » se solde par une « victoire » de l’histoire officielle avec une « preuve supplémentaire » lors de la découverte d’un carreau de céramique de l’entreprise DZIEWULSKI I LANGE dont l’emblème se trouve être une étoile percée. Immédiatement identifiée par l’experte Caroline comme étant une étoile de David, c’est pour elle La Preuve Absolue qu’ici s’est déroulé le crime des crimes, l’impardonnable, l’immonde, j’ai nommé l’indescriptible shoah par gazage dans des chambres à gaz, camouflées en douches…

Pour ceux qui veulent offrir le documentaire à leurs proches et amis, gravez-le, la pochette DVD slim se trouve ici.

La retranscription est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

« Denial » le film – Partie 2

Indéniable, le mythe des douches au gaz de Majdanek

Bien loin de convaincre de la réalité du chiffre démesuré de 1,7 million de morts et du mythe des douches au gaz de Majdanek, les films « The Reader » et « Denial » prouvent au contraire que les révisionnistes ont raison à 100%.

Le scénariste de « Denial », David Hare, est également l’auteur d’un précédent film sur l’holocauste : « The Reader ». Celui-ci montre deux prétendues « chambres à gaz homicides » à Majdanek qui maintenant sont officiellement reconnues n’avoir jamais été utilisées pour gazer qui que ce soit. Question : s’il avait su cela, aurait-il été si prompt à diaboliser les révisionnistes qu’il aide à persécuter ?

Cinq autres pièces faussement désignées comme « chambres à gaz homicides » à Majdanek seront démystifiées par la même occasion.

Et pour finir cette seconde partie, dévoilement de ce qui représente peut être le dernier souffle du mythe des « chambres à gaz homicides déguisées en salles de douches » : le sens de la visite imposé par le Musée de Majdanek.

Combinez la visite trompeuse d’une structure construite après-guerre reliant les installations de bains avec la salle de fumigation des vêtements, avec un chemin que les touristes crédules empruntent lors de la visite des installations de bains et de désinfection volontairement inversé par rapport au sens où les bâtiments étaient réellement utilisés à l’époque et vous obtiendrez un public convaincu que de 1941 à 1944, les prisonniers pensaient qu’ils allaient prendre une douche, mais au lieu de cela étaient gazés…

Nous devons mettre fin à ces vestiges de propagande de guerre soviétique !

La retranscription est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

BUCHENWALD, une représentation complètement débile du mal

Source :
CODOH

La libération du camp de concentration allemand à Buchenwald fut une bonne occasion de préparer une opération de guerre psychologique alliée destinée à dénazifier les Allemands par le biais d’histoires d’atrocités. La personne en charge était directement sous les ordres de Eisenhower, donc tout cela fut coordonné à partir du sommet de la hiérarchie. Mais cette opération « éclata » dans les médias américains, ce qui explique pourquoi les Américains se souviennent d’avoir entendu des histoires d’abat-jour faits de peau de détenus assassinés. La visite du président Barack Obama en juin 2009 a montré que tout le monde est encore dupé.

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Les derniers jours du grand mensonge

Le juif Steven Spielberg a reçu l’oscar du meilleur documentaire 1998 pour son film « The Last Days« , qui a pour prétention de vous faire croire à l’holocauste et à la « barbarie nazie™ » à travers des récits de « survivants ».

Réalisé par Eric Hunt et traduit en français par Didi18D, ce documentaire met un terme aux mensonges proférés par les « survivants » de l’Holo-Hoax et démontre l’énormité de leurs déclarations.

Découvrez les témoignages INCROYABLES de « survivants » de l’Holo-hoax et tirez-en les conclusions qui s’imposent car comment de tels menteurs peuvent-ils être la seule SOURCE OFFICIELLE de « preuves » que détiennent les historiens ?

Car oui, il n’y a aucune trace ou preuve matérielle du prétendu holocauste et depuis 70 ans, moins d’une dizaine de témoignages « officiels » sont utilisés pour tenter de vous convaincre, et quels témoignages…

Les milliers d’autres témoins qui ont raconté leur vécu durant la Seconde Guerre mondiale et plus précisément durant leur internement dans un camp de concentration allemand donnent une version bien différente mais ne sont bien évidement jamais cités.

L’Holo-Hoax?

Une Superproduction Hollywoodienne… what else…

Pour ceux qui veulent offrir le documentaire à leurs proches et amis, gravez-le, la pochette DVD slim se trouve ici.

La retranscription est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

« Denial » le film – Partie 1

Aujourd’hui, je vais parler d’un film et d’une personne dont le seul objectif est de déformer ce que pensent réellement les révisionnistes, de vous détourner du message révisionniste, et pour finir, refuser de permettre tout débat ouvert sur l’holocauste.

Hollywood sort un nouveau film, juste à temps pour la saison des Oscars, faisant la promotion de l’holocauste intitulé : « Denial »

Basé sur la version des évènements de l’enseignante juive Deborah Lipstadt, à propos de poursuites intentées contre elle par l’historien David Irving devant les tribunaux britanniques. Le film est basé sur son livre : « History on Trial – My day in Court with David Irving »

David Irving est un écrivain et historien qui se concentre principalement sur l’histoire militaire, tout comme sur les personnalités de la Deuxième Guerre mondiale. Irving a poursuivi Lipstadt pour diffamation contenue dans son livre précédent intitulé : « Denying the Holocaust » « The Growing Assault on Truth and Memory » »

Éric Hunt

Première partie – Introduction

Brève introduction au Révisionnisme sur l’Holocauste.

Analyse des vedettes qui étaient pressenties pour le film « Déni ». Les cinéastes ont choisi de donner une image d’un David Irving monstrueux et d’une Déborah Lipstadt angélique.

David Irving dans le réel et David Irving dans « denial »

Déborah Lipstadt dans le réel et Déborah Lipstadt dans « denial »

Exposition de Déborah Lipstadt qui diabolise les Révisionnistes mais qui continue de répéter tel un perroquet la fausse déclaration de propagande soviétique des 4 millions de morts à Auschwitz.

La retranscription est disponible ici.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Les têtes réduites des nazis™, ces mensonges qui ont justifié la guerre

Source :
CODOH

N’importe qui tenant en haute estime le procès de Nuremberg tomberait de haut en apprenant que l’équipe de l’accusation américaine a offert comme preuve une tête réduite, et a blâmé les « Nazis » pour cet objet qui avait été ramené de toute évidence d’une tribu de la forêt tropicale sud-américaine il y a de nombreuses années.

Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, les forces armées américaines sont entrées dans le camp de concentration allemand de Buchenwald. Les premiers Américains qui se sont activés  dans ce camp étaient des officiers de la division de la propagande. Ils avaient un plan : « semer des preuves » dans le camp suggérant que les SS allemandes avaient commis des crimes de guerre atroces contre les détenus de Buchenwald: têtes de prisonniers réduites, lampes faites de peau de détenus assassinés, etc. Utilisées plus tard lors des procès de Nuremberg et d’autres moqueries juridiques similaires comme preuve contre les accusés allemands. De là, cette propagande d’atrocité est entrée dans les livres d’histoire du monde, et le monde l’a cru, et il le fait encore.

Le vidéaste préconise la bonté et les bonnes vibrations envers tous les juifs. Et le vidéaste n’a pas l’intention de relancer Hitler ou le nazisme. Hitler était un militariste et cette vidéo est anti-militariste. Cela dit, le créateur de cette vidéo croit aussi que l’holocauste est un mythe géant. Un mythe qui se répercute aujourd’hui dans la promotion de la guerre. Cette vidéo traite de la façon dont les médias et les politiciens manipulent le public américain crédible et une grande partie du reste du monde à des fins pro-guerre à ce moment-là.

Un exemple moins fréquemment exposé pour ce va-t-en guerre : l’idée que Idi Amin d’Ougand était probablement dépeint comme un psycho-tueur en raison de ses vues anti-Israël et l’alignement arabe. Idi Amin n’était probablement pas quelqu’un qui pensait qu’il était « le dernier roi d’Ecosse », comme fut intitulé le film sur lui.

Il y a de nombreux recoupements dans cette vidéo avec le plus récent documentaire Buchenwald, une représentation complètement débile du mal, qui décrit entre autres le rôle d’Eisenhower dans le canular holocaustique.

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Record du monde battu !

Source :
USC Shoah Foundation

82 secondes!

C’est un véritable record que vient d’établir Rachel Hanan, une ancienne détenue du camp d’Auschwitz.

Elle a réussi l’exploit incroyable de parvenir à affirmer face caméra le plus de détails historiquement faux et rejetés par les « historiens officiels » au sujet du camp de travail d’Auschwitz-Birkenau, et cela en moins de 90 secondes!

Les images suivantes sont sans montage et elles sont à couper le souffle.

Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Un commentaire ?

Les Fabuleuses Histoires de Deborah Lipstadt

Sources :
CODOH
Germar Rudolf
Vous avez sans doute remarqué que je traduis moins de vidéos ces derniers temps, c’est tout simplement dû au fait que je travaille à la traduction d’un livre de Germar Rudolf intitulé : Fail: « Denying the Holocaust » / Fiasco : « Négation de l’holocauste »

Le livre est disponible en anglais sur le site de CODOH, où l’auteur le présente de la façon suivante :

Fiasco : « Négation de l’holocauste »

Comment Deborah Lipstadt a échoué dans sa tentative de prouver les attaques croissantes contre la Vérité et la Mémoire.

Par Germar Rudolf

Avec son livre « Négation de l’holocauste », qui devrait être publié de nouveau en décembre 2016, Deborah Lipstadt a essayé de montrer les méthodes erronées et les motifs extrémistes des « négateurs de l’holocauste » qui, selon la description du livre, n’ont pas « plus de crédibilité que l’assertion selon laquelle la terre est plate ».

Le présent ouvrage, appuyé par des centaines de références à des études approfondies, démontre que le Dr Lipstadt n’a manifestement ni compris quels sont les principes et les méthodes de la science et de l’érudition, ni ne connaît les sujets historiques dont elle parle. Elle déforme les propos, traduit mal, donne une fausse image de certaines personnes, interprète de travers, et produit une pléthore de déclarations injustifiées. Entre autres choses, elle n’utilise absolument pas les normes généralement reconnues en matière de vérification des preuves. Étant donné la façon dont elle gère les documents et les données, il est clair qu’elle ne montre aucun intérêt pour l’érudition ou la raison. En fait, la vérité a été l’antithèse de son ouvrage.

Plutôt que de traiter son sujet de manière approfondie avec des arguments factuels, le livre de Lipstadt est plein d’attaques ad hominem contre ses adversaires. C’est un exercice d’arguments pseudo-scientifiques anti-intellectuels, une exposition de radicalisme idéologique qui rejette tout ce qui contredit ses conclusions préétablies.

Puisqu’elle reconnaît elle-même que les motifs de ses adversaires ne sont pas pertinents, inéluctablement, il en va de même avec son livre.

F pour Fiasco

La présentation complète du livre que propose Germar Rudolf sur son site est assez longue. Pour faciliter la transmission de l’information j’ai préféré vous la présenter -traduite en français- dans un pdf disponible ici plutôt que dans un article.

Un tiers de l’holocauste

Source :
CODOH
Enfin sous-titré en français , je vous propose aujourd’hui cet époustouflant documentaire de 4h15 réalisé par l’incomparable Denierbud.

Après avoir enquêté et remis en question les camps dit « d’extermination » d’Auschwitz, et de Buchenwald, l’auteur de « Un tiers de l’holocauste », remet en question la prétendue fonction de ces trois camps : Treblinka, Sobibor et Belzec.

Le film démontre que ces trois camps de guerre allemands : Treblinka, Sobibor et Belzec (tous en Pologne) ne furent pas des camps d’extermination, comme c’est habituellement revendiqué, démystifiant ainsi un tiers de ce prétendu holocauste.

Personnellement, je ne me lasse pas d’écouter le travail de Denierbud qui n’a pas son pareil pour nous expliquer de façon simple, claire et précise les choses.

Bon visionnage.

PS:

L’auteur cite Kurt Gerstein dans son documentaire et l’associe à la « précision allemande », vous trouverez de plus amples informations sur le faux témoin Gerstein dans sur le blog de Robert Faurisson dans l’article intitulé L’affaire Roques.

 Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Le menteur Fred Schiefler

Source

Aujourd’hui (5 septembre 2009), un survivant de l’holocauste s’est adressé à plus d’une centaine d’étudiants au collège Yuma Private Industry Council’s Charter. Fred Schiefler est un des rares survivants de l’holocauste dans le monde, et un de nos journalistes (Rob Hughes ) était présent.

Rob Hughes – Bonsoir, on pouvait entendre une mouche voler alors que Fred Schiefler s’adressait à des étudiants abasourdis, après avoir écouté ce qu’il a vécu dans son adolescence. Schiefler a abordé le comment et le pourquoi les Nazis ont pu commettre ce qui fut appelé la plus grande atrocité de l’histoire de l’humanité.

Fred Schiefler – Très peu de gens ont pu s’en sortir.

Rob Hughes – Fred Schiefler dit qu’une des raisons pour laquelle les Nazis ont pu tuer 6 millions de juifs c’est que personne ne pouvait les arrêter.

Fred Schiefler – Et laissez-moi vous dire une chose, l’Allemagne a presque gagné la guerre, ils ont eu les premiers avions à réaction, ils avaient de meilleurs chars que les États-Unis, de meilleures munitions, les soldats étaient très bien entraînés, ils avaient d’excellents généraux.

Rob Hughes – Schiefler a passé du temps dans 11 camps de concentration, y compris Auschwitz. Toute sa famille a été tuée par les Nazis ; sa mère a été abattue juste devant lui.

Fred Schiefler – Les pommes de douche étaient utilisées pour disperser le gaz qui était appelé, Zyklon B, et en 15-20 minutes, 3.000 ou 4.000 personnes étaient gazées dans cette grande salle.

Rob Hughes – Après la guerre, Schiefler est allé dans une pharmacie allemande pour acheter du savon.

Fred Schiefler – C’était six mois après la guerre, ils vendaient des savons juifs faits de graisse juive des camps de concentration, alors dis-moi qui étaient les Allemands ?

Rob Hughes – Schiefler pesait 25 kg à la fin de la guerre ; il dit qu’un mot décrit pourquoi il a survécu à plusieurs camps de concentration nazis, contrairement à des millions d’autres.

Fred Schiefler – Je crois aux miracles, c’est un miracle que je sois assis ici sur cette chaise, et que je puisse vous parler, où sont tous les membres de ma famille ?

Rob Hughes – Shiefler ne se fait pas payer pour parler, et il a plusieurs livres en cours ; dont il veut remettre 100% des recettes aux musées de l’Holocauste, à Washington DC et à Jérusalem.


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.

Raul Hilberg – Aveu stupéfiant censuré par PBS

Sources :
David Cole
Taki’s Magazine

En 1976, je suis allé dans une petite ville de Bavière, Ludwigsburg, où se trouve le siège pour les enquêtes de ce qu’on appelle les crimes nationaux-socialistes, un bureau géré par les provinces de la République fédérale d’Allemagne. Environ une trentaine de procureurs étaient logés dans ce bâtiment particulier et je suis allé là-bas pour étudier des dossiers judiciaires, diverses déclarations sous serment et d’autres documents.

Mais un après-midi, ils ont dit : « Nous avons une fête aujourd’hui, voudriez-vous vous joindre à nous ? » Et j’ai dit : « Pourquoi pas. » Ils m’ont dit : « Nous avons une bouteille de vin par personne. » Et après un certain temps, il se trouve que j’ai parlé au chef adjoint de ce bureau et je lui ai dit ceci :

« J’ai été troublé par une question. Et je crains avoir publié quelque chose qui n’est pas tout à fait exact. Et il s’agit du rôle d’Adolf Hitler lui-même dans l’anéantissement du peuple juif en Europe. Je sais bien qu’ici vous n’êtes seulement concernés que par les individus vivants et que vous n’enquêter pas sur les morts. Mais quand même … qu’en pensez-vous ? »

« Ah ! » a-t-il dit, « nous avons souvent fantasmé sur l’élaboration d’un acte d’accusation contre Adolf Hitler lui-même. Et de mettre dans cet acte la principale accusation : la solution finale de la question juive en Europe, l’anéantissement physique de la communauté juive. Et puis l’évidence a germé en nous, que ferions-nous ? Nous n’avons pas la preuve. » Et il se mit à rire.

Elie Wiesel, un autre survivant, demande parfois : « Où était Dieu ? »

Les procureurs allemands, les scientifiques, les politiques, les historiens lui ont posé une question modeste : « Où était Adolf Hitler ? »

La question est d’une importance énorme, pour l’Allemagne d’aujourd’hui et même au-delà de l’Allemagne, pour notre appréciation de ce qu’est un système totalitaire. « 


Vous pouvez télécharger la vidéo en faisant clic droit ici,
puis Enregistrer la cible du lien sous, puis Enregistrer.